Un voyage en Bassemotie haut en couleurs!

par pratos | mercredi 8 juillet 2015

10webFTTP270615-pratosSamedi 27 juin, le public des pots potins se rendait à La Basse Motte sur la commune de Saint-Pierre de Plesguen. Les habitants de ce charmant lieu-dit, accompagnés par le collectif Les Pratos, fabriquaient depuis trois mois leurs pots potins. Ils ont créé pour l’occasion  : la Bassemotie!

Ce pays éphémère, situé entre les Côtes d’Armor et l’Ille et Vilaine, n’a pas été sans charmé la centaine de visiteurs curieux venue découvrir les confins de ce territoire unique aux surprenants jardins et au peuple aux moeurs étonnantes! Chacun recevait à son arrivée son visa touristique d’une durée de 2h, indispensable à la visite guidée par 3 ambassadeurs de l’agence de voyage officielle de la Bassemotie. Passés la douane, avec un passage plus ou moins obligatoire au pédiluve (en Bassemotie, on considère que le ramollissement des pieds attendrit l’esprit), les visiteurs étaient invités à entrer au Dôme, le siège de la TV bassemotaise, pour bien comprendre l’histoire de ce pays. Une rétrospective qui a permis de découvrir la devise, chère aux Bassemotais, « Je te tiens Tu me tiens par la barbichette, gagnera qui pourra! »… C’est au zouk que les différents groupes avaient ensuite rendez-vous, l’occasion pour y trouver l’objet de ses rêves ou se faire soulager par un acupuncteur bassemotais de renom. Les visiteurs ont su apprécier le panorama somptueux qui offre une vue imprenable sur le lac et sa plage d’herbes vertes et, cerise sur le gâteau, ils ont eu la chance d’assister à un entraînement de l’équipe nationale de Bassemotie, le sport le plus populaire du pays : deux équipes dans un même canoë bien décidée, chacune, à aller dans sa direction… ça produit des situations cocasses commentées énergiquement par leur coach aux bambous sur le ponton… Et puis au fil de la visite, les groupes ont croisé les choristes bassemotais, l’ancienne maternité, des installations plastiques toutes aussi questionnantes, le musée d’art bassemotais… autant de joyaux qui ont suscité curiosité et intérêt! Bien sûr la garde bassemotaise, incarnée par notre brigade Les Oies sauvages, circulait dans les jardins durant la visite, toujours en décalage. Pour finir, l’ensemble des bassemotais nous offrait une démonstration de sa danse folklorique, une spécialité culinaire pour le moins explosive mais qui malgré son apparence a ravi les papilles du public, le tout en musique, avec Après la messe trio!

Pour clore cette visite haute en couleur, les groupes de visiteurs pouvaient se rendre aux jardins impériaux pour une rencontre avec les plantations bassemotaises.

Deux heures bien denses mais le public qui avait osé le voyage ce samedi 27 juin s’est laissé séduire par les drôles de pratiques bassemotaises!

Poster une réponse




Catégories